Biographie

 

Elle était venue pour chanter dans un groupe de rock, et lui pour y jouer de la batterie.

Elle pour oublier la dureté du monde, et lui pour oublier la guitare. 

Ensemble, ils ont décidé de ne rien oublier du tout.

Les Lucioles Rouges est un groupe originaire de Lyon (Beaujolais), formé en 2017, à la suite d’une rencontre inspirée entre la voix claire de Perrine et la guitare nylon de Rémi qui prenait la poussière sur le mur du studio, dans leur dos.

Non qu’ils n’aiment le rock suffisamment, mais ils réalisent que cet univers ne les contentera pas.  Eux, ce qui les anime surtout, c’est la chanson. Et comme ils ont l’un et l’autre quelques jolis airs en tête, Rémi décroche sa guitare, un peu fébrilement à la fin d’une répétition qui n’en finissait plus, et plaque quatre accords sur lesquels Perrine vient déposer sa voix limpide. Dans la pénombre du local, leurs espoirs s’éclairent aussitôt, et avec eux, l’inspiration. Le duo est ainsi formé, avant même que l’idée ne leur en traverse l’esprit.

Le nom des Lucioles Rouges s’impose de lui-même tant les thèmes et les images sont là : la lueur, l’humilité, la fragilité, la nature, #Les Lucioles#, mais aussi l’anticonformisme, la passion, la flamme, l’engagement, # Le Rouge#.

« Que les choses soient dites, chanter pour chanter ne m’intéresse pas… »

Pour eux, c’est sûr, la musique doit être au service d’un message, ou d’une émotion sincère, sinon à quoi bon ? Depuis le premier jour, Les Lucioles Rouges tissent une toile cousue de fil Rouge autour de thèmes éclairés comme l’Amour, la Poésie, l’Engagement et l’Emotion sous toutes ses formes.

« On doit défendre l’essentiel, coûte que coûte : la vie, la justice, l’amour, la terre et les bonheurs simples »

Ils font de la musique engagée et ils aiment dire que dans le groupe, Rémi s’occupe plus de la musique et Perrine plus de l’engagement. Il en résulte un dosage ciselé destiné à un public désireux d’avoir des mots chargés de sens, mais également des mélodies travaillées à s’accrocher aux oreilles.

« Chanson Française Engageante ? »

Ainsi, les textes sont écrits par l’un et l’autre et la musique est composée par Rémi.

« D’où viennent les mots qui tapissent les chansons ? »

Leurs sources d’inspiration sont des contemporains, et pas des plus malhabiles de leur plume : HK, Volo, Cabrel, Kalune. Que des artistes engagés dans l’Humain, le social ou l’écologie et qui tentent à leur manière de rendre le monde plus juste en scandant les valeurs fraternelles.

« Et les notes ? »

Nourri aux accords et mélodies de Dire Straits, Pink-Floyd et Sting/The Police, mais également plus récemment au son de certains opus de Jason Mraz, en passant par l’œuvre complète de Cabrel, Rémi livre des mélodies réfléchies sur des musiques simples et efficaces dans le choix des suites d’accords. Sa vraie marque de fabrique réside dans les couleurs et les nuances qu’il sait leur donner. A la fois aériens et enrichis, les renversements d’accords sont essentiellement construits autour de cordes à vide ou de « barrés » joués façon « blufunk » en référence à Keziah Jones. Pour les rythmiques de guitare, on retrouve donc naturellement cette base funky, mais également des rythmes plus reggae, voire plus manouche dans le swing et l’usage de la pompe. Au final, bien qu’empreint de tant d’influences, l’univers musical demeure celui de la pop actuelle.

« Les mots, les notes, c’est la même chose. L’un ne va pas sans l’autre : quelque part, ils forment un tout, un TOUT au service du NOUS »

Pour les textes, ils prennent soin de ne jamais sombrer dans le patos, les clichés, et veillent à ne jamais endosser le rôle de donneurs de leçons. Selon eux, l’engagement passe mieux en poésie, à condition bien sûr de savoir trouver le juste dosage.

Pendant 2 ans, ils joueront en duo guitare-voix dans des lieux associatifs, alternatifs, mais aussi des bars, restaurants de la région qui portent les mêmes valeurs.

« Mais alors pourquoi JUSTE nous ? »

En 2019, ils sont rejoints par Cyril, guitariste et chanteur issu de l’univers rock&folk. Celui-ci apporte une base rythmique folk solide (picking, arpège, rythmique pleine) et un timbre de voix rauque, tout cela au service de la musique et de la présence scénique. En plus de ses qualités de musicien, il apporte un équilibre certain au duo qui peut enfin se reposer sur un tiers sûr et volontaire. Cyril ne les quitte plus depuis le premier jour.

Ainsi, les chansons deviennent de plus en plus « engageantes » et la musique de plus en plus riche, plus harmonisée. Les deux guitares, nylon et folk, se complètent pour apporter tantôt plus d’énergie et tantôt plus de poésie.

Le mélange entre la chanson française à texte, la pop actuelle, le groove funky et le reggae à tendance manouche, donne un rendu unique et souvent plutôt rythmé. L’univers sait aussi être plus sombre, avec quelques morceaux très intimistes, très poétiques mais aussi plus durs.

Au milieu de tant d’hommes et de guitares, Perrine affirme sa présence sur scène pour se faire une place dans le trio et porter les messages qui sont les leurs.

« L’engagement ne vaut que s’il est porté avec sincérité. »

Perrine chante sans chichi ni « vibes », c’est une instinctive, elle chante ses émotions, et c’est tout ce qui importe pour elle. Sa voix captivante et claire porte les mots jusqu’à nos oreilles et se charge de les faire résonner en nous. L’humilité sur scène est sa qualité première, et le respect du public un leitmotiv.  Pour elle, hors de question de mentir, de sur-jouer, ou d’en faire des tonnes.

Pour les arrangements du premier album, peu de machines, juste de la musique jouée par de l’humain. Pour autant, le son reste très actuel dans le choix des couleurs, dans la modernité des effets, ainsi que dans l’harmonisation des voix. On y retrouve une base « basse-batterie », des claviers, de la guitare acoustique nylon, bien sûr, mais aussi des sons d’amplis à lampes (trémolo, overdrive, wah-wah) joués sur une guitare « solid body » à cordes nylon qui donne une couleur organique et viscérale aux notes.

Pour la réalisation de cet album de 13 titres, ils travaillent en collaboration avec Laurent Falso (batteur, réalisateur, compositeur et arrangeur). En plus de ses compétences musicales, techniques et de son bagage professionnel reconnu, Laurent apporte son regard neuf et bénéfique sur le plan artistique.

La sortie de cet album auto-produit (prévue pour février 2022) marque un virage certain vers des arrangements plus fournis, vers plus de morceaux rythmés, plus adaptés à la scène, moins acoustiques, moins intimistes, voire plus électros dans le choix des sons, des loops et des effets d’harmonisation. L’objectif étant de pouvoir jouer de plus en plus dans les festivals, salles de concert, ou sur les scènes alternatives et militantes, et moins dans les bars, restaurants ou lieux intimistes.

Ainsi, pour faire le lien entre le son de l’album et la scène, c’est au cours de l’été 2021 que les arrangements « lives » sont totalement re-pensés : Rémi revient à ce qu’il maîtrise le mieux, la guitare rythmique, et Cyril à ses premières amours, la guitare électrique. Au jeu des garçons, s’ajoutent des loops et des basses. Avec ce tournant, ils remisent pour un temps au moins les concerts acoustiques et intimistes au service d’un rendu plus actuel, plus moderne, porté par un son plus gros, plus rond, et plus coloré d’effets sur les guitares et les voix.

Sur scène, au gré des agendas de chacun, ils s’entourent fréquemment de musiciens expérimentés de la région, comme Jean-Christophe Kibleur à l’accordéon/piano, Corentin Gidrol à la trompette, musiciens aux influences jazz, et bien sûr Laurent Falso à la batterie. Le mélange des harmonies et des notes jazzy qu’ils apportent donne une dimension toute particulière à la musique des Lucioles Rouges, une musique qui se situe désormais entre la pop/jazzy et la variété française actuelle dans ce qu’elle a de plus noble.

 

Avec eux sur scène, les “Lucioles Rouges & Co” voient le jour.

 

Si les premières années, on venait surtout pour écouter de la chanson française intimiste, aujourd’hui, on se surprend à suivre un spectacle musical.